Remerciements en français

Remerciements

IMGL5002. A Carol et Veronica, Madalin et son fils Madalin, sa compagne Christina, Marcella et son fils Marcel, Sirbu et Rubla, Sorin et Sonnia, Sever et Cornelia, Stellian et Mariana, Remus et Loura, Iosip et Cornelia, David et Ana, Marin et Lacrimara et leurs enfants… et bien d’autres encore que j’oublie…j’espère qu’ils me pardonneront.

. Aux membres du Collectif « Hébergement, l’urgence, c’est maintenant » avec lesquels nous avons quelquefois partagé les mêmes galères avec les Roms.

. A Dominique Rougeventre, responsable du groupe 151 de Amnesty International qui a cru à cette aventure et qui m’a fait confiance.

. A Boris Tesnière  patron de la maison de thé « l’Air du Thé »  qui lui aussi m’a fait confiance  dans un contexte pas vraiment porteur.
On le joint sur la page  www.facebook.com/LAirDuThe.

. A Fabien Nail pour avoir assuré la lourde tâche de l’editing des photos.

Le désarroi de Sirbu sur la dernière photo en dit long sur la condition des Roms havrais. Sa famille et lui viennent d’être expulsés il y a une semaine. Il faut tout reconstruire.
Nous sommes à la veille de l’hiver, le soleil se fait rare.
8h30, les enfants sont propres, à l’heure et joyeux à l’entrée de l’école.
C’est peut-être le jour de l’expulsion…

Les photos exposées ne représentent qu’une petite partie du travail d’immersion que j’ai entrepris depuis six mois en direction des Roms havrais.
Il a fallu nous apprivoiser les uns les autres.
Avant de pouvoir prendre des photos pour moi, il a donc fallu que je me fasse accepter comme étant leur propre photographe.
Il s’est établi un rituel entre nous, je leur apporte les photos de la précédente séance et ensuite, je peux sortir l’appareil-photo pour une nouvelle séance de prises de vue. J’ai pris et tiré des centaines de photos de portraits qui sont maintenant mises à mesure et classées dans les portes-feuilles.

Une confiance s’est alors établie entre nous. Il m’est quelquefois arrivé de repartir avec quelques précieuses photos sorties de leurs affaires, pour les réparer ou les agrandir, summum de la confiance envers moi.
C’est à partir de là que j’ai été invité dans les cabanes, les appartements des squats, à partager les repas et autres moments de leur vie courante.

Ces Roms se sont engouffrés dans ma vie, j’avais peut-être laissé une porte entr’ouverte…

Au Havre, le 15 octobre 2013.

Jean-Luc NAIL.

Traduction en roumain par M. Nastasia Costel, président de « Dignité Rom » et Mme Catherine Raffait avec tous mes remerciements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Où l'application d'une justice mène à l'errance toute une communauté.

%d blogueurs aiment cette page :