Présentation en français

espérances / exposition photo
Amnesty International Le Havre / à l’Air du Thé
janvier 2014

IMGL5002Espérances car dans ce mot il y a errance mais aussi espoir.

Contrairement à l’idée reçue, les Roms ne sont pas nomades, à la façon des gens du voyage, gitans, sintis, manuschs ou autres travellers…
Ce sont des personnes sédentaires. Réfugiés économiques.
Pourchassés, ils doivent souvent quitter le pays où ils étaient établis dans des quartiers insalubres sans eau ni électricité.

Leurs conditions de vie dans les campements en France ou autres pays occidentaux avec les conditions de confort que l’on sait peuvent surprendre.

Mais elles sont de beaucoup meilleures que là-bas dans l’Ouest de la Roumanie pour ce qui est des Roms établis au Havre.

Contrairement à une autre idée reçue, ils ont une furieuse volonté d’intégration.
Les enfants, qui représentent les deux tiers des campements havrais sont tous scolarisés.
Les adultes ne demandent qu’à travailler et à accepter la moindre proposition d’emploi.
Cela conformément aux accords signés entre la Roumanie et la France qui leur limitent l’accès à quelques métiers.
Des cours d’alphabétisation commencent à être organisés, des militants associatifs ont suivi des formations pour les mener.

Les Roms du Havre, en cinq mois, ont subi des expulsions parfois par simple menace, parfois avec des cortèges de fourgons remplis de policiers, quelquefois même par le biais de nervis cagoulés.

Donc expulsion :
. du campement du Quartier de l’Eure,
. des jardins de l’église Saint Augustin,
. du squat de l’usine ex-Lipton-Fralib,
. du squat du terrain de sport de l’IUT du Havre,
. du campement de la Lézarde,
. du squat de la friche Air Liquide.

Habituellement, les forces de l’ordre sont accompagnées de pelleteuses, de maçons-démolisseurs.
Il arrive aussi que les cabanes partent en fumée sans explication.

A l’entrée de l’hiver, les Roms havrais se sont réinstallés dans deux squats menacés aussitôt d’expulsion. Inlassablement, les habitations seront reconstruites.

Un collectif d’associations s’est formé au Havre pour défendre la cause des Roms « hébergement, l’urgence, c’est maintenant ».

Il intervient activement pour la santé des personnes, la scolarisation des enfants, apporte une aide matérielle et alimentaire vitale.

Ce collectif est constitué de partis politiques, d’associations laïques ou caritatives, syndicats. Le groupe 151 d’Amnesty International en est partie prenante.

En France, il y a peu de temps, l’expulsion était l’exception. En 2013, elle est devenue la règle.

Systématique, elle est maintenant massive et touche y compris des campements très anciens sans problèmes de voisinage.

Le contexte politique national en est évidemment la cause pour une grande part.

L’expulsion forcée est devenue la seule réponse de l’Etat et des collectivités locales à la volonté d’intégration des Roms en pleine contradiction avec la circulaire interministérielle d’août 2012 (*) qui portait en elle beaucoup d’espoir pour les personnes menacées d’expulsion.

Donc double langage, d’un côté une belle circulaire pour calmer les humanistes, de l’autre une main de fer sur le terrain pour satisfaire la tendance électoraliste du moment.

Le rapport d’Amnesty France sorti ces jours-ci porte pleinement son titre, il s’intitule « CONDAMNÉS À L’ERRANCE. LES EXPULSIONS FORCÉES DE ROMS EN FRANCE »
disponible sur le site de Amnesty France
ou sur le blog havrais amnestylehavre.wordpress.com

Dans une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, 27 septembre 2012, Geneviève Garrigos, Présidente d’Amnesty International France déclarait : « D’après nos recherches, des centaines de Roms ont été expulsés depuis la circulaire interministérielle du 26 août et les évacuations de terrains telles qu’elles sont mises en œuvre aujourd’hui ne sont pas conformes au droit international, notamment en matière de consultation véritable des personnes concernées, d’information et de notification adéquates et de propositions de solution de relogement appropriées qui garantissent le droit des personnes à ne pas se retrouver sans abri en conséquence d’opérations d’expulsions. »

(*) Circulaire Interministérielle du 26 Aout 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements

Suite : remerciements en français

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Où l'application d'une justice mène à l'errance toute une communauté.

%d blogueurs aiment cette page :